Zéro déchet

Vivre une activité, un hike ou un camp tout en limitant son impact sur l'environnement, c’est possible ! Découvre nos conseils (et n’hésite pas à bonifier cette liste...).

Au niveau de l'intendance

  • Acheter un maximum d’aliments en vrac : fruits, légumes, pâtes, riz, sucre, céréales…
  • Acheter local. Pour trouver un distributeur près de chez toi, tu peux aller voir ce site web.
  • Se rendre au marché, où il est possible de trouver de nombreux produits en vrac (fromage râpé, pignons de pin, ricotta, etc.).
  • Privilégier les bouteilles en verre consignées pour les boissons et boire l’eau du robinet (en vérifiant qu’elle est bien potable ;-) ).
  • Se procurer la viande, la charcuterie voire le fromage chez le boucher (en utilisant tes propres boites), le pain à la boulangerie (en utilisant des sacs en coton ou d’anciens sacs à pain), et le beurre et le lait à la ferme (dans des contenants consignés). Bonus : quand tu achètes des produits wallons, tu peux recevoir des subsides !
  • Proposer aux scouts de faire le pain.
  • Pour les desserts et gouters, penser aux fruits, mais aussi aux biscuits et gâteaux faits maison.
  • Faire sa propre confiture et sa pâte à tartiner.
  • Réaliser ses produits d’entretien ou, si manque de temps, les acheter en vrac, avec ses bidons de récupération.
  • Composer ses colorants alimentaires naturels.
  • Répartir les déchets verts (épluchures, restes de nourriture) entre un compost et les poules de ton jardin.

À la recherche de menus locaux et de saison ? Fonce sur fristouille.org !

Au niveau de l'hygiène

Au niveau de l'animation

    • Utiliser de l’ancien matériel pour confectionner tes décors.
    • Récupérer de vieux draps et vêtements pour les déguisements.
    • Reconvertir les rouleaux de papier WC vides en matériel de bricolage. Utiliser également des cartons de récupération, des pots de yaourt, de vieux tissus, des crayons déjà utilisés, etc.
    • Utiliser le verso de feuilles de brouillon.
    • Réutiliser les perches et cordes autant que possible.
    • Fabriquer ta pâte à modeler et ta peinture.

    Au niveau des déplacements

    • Privilégier le covoiturage en utilisant des sites comme covevent.be pour t’aider à l’organiser.
    • Utiliser les transports en commun en profitant des tarifs privilégiés  avec le TEC, la Stib, la SNCB, ou encore Keolis et Europcar.
    • Emporter un vélo au camp pour les déplacements liés à l’animation et pour faire les petites courses (puisque vous aurez déjà fait les grosses courses avant le camp ;-)).

    Au niveau de la gestion des déchets

    • Contacter la commune pour savoir comment s'effectue le tri.
    • Respecter le tri des déchets.
    • Donner les restes de nourriture aux poules.
    • Faire un compost en mille-feuilles : une couche de déchets organiques, une couche de copeaux de bois/feuilles, et ainsi de suite. 

    Bonne idée pour réduire la quantité de déchets organiques ! Mais attention, avoir des poules sur ton camp demande de respecter scrupuleusement certaines règles.

    Le Code wallon du bien-être animal indique en effet qu’il faut assurer l’alimentation adéquate des poules, ainsi que l’apport d’eau en suffisance. Le cas échéant, il conviendra également d’assurer les soins nécessaires aux animaux. En fonction des conditions météorologiques, un abri (même sommaire) pourrait également s’avérer bénéfique pour les poules.

    Tu ne peux pas attacher les poules sur ton camp. Si tu veux éviter qu’elles s’échappent, construis-leur un enclos. 

    Aie aussi en tête qu’il est interdit d’abandonner les poules à leur sort après le camp. Confie-les à un agriculteur, à un particulier ou à un refuge disposé à s’en occuper.

    Enfin, il est notamment interdit :

    • d'organiser des combats d'animaux ou des exercices de tir sur animaux ;
    • d'utiliser un animal à des fins de dressage, de mise en scène, de publicité ou à des fins similaires, lorsqu'il peut en résulter des douleurs, des souffrances ou des lésions prévisibles ;
    • d'effectuer ou de faire effectuer sur un animal une ou plusieurs interventions entraînant l'amputation ou la lésion d'une ou plusieurs parties sensibles de son corps, sauf notamment lorsque l’intervention est médicalement nécessaire ;
    • d'exciter la férocité d'un animal ;
    • d'imposer à un animal un travail dépassant ses capacités naturelles ;
    • de nourrir ou abreuver de force un animal ;
    • de donner à un animal une substance qui peut lui causer des souffrances ou des lésions ;
    • d'expédier un animal par voie postale ;
    • de teindre, colorer, faire teindre ou faire colorer artificiellement un animal ;
    • de collecter des poils et des plumes sur des animaux vivants ;
    Concernant la mise à mort

    Il est recommandé de faire appel à une personne ayant les connaissances et les capacités requises : un agriculteur ou une personne qui sait comment procéder et l’a déjà fait. Cette opération doit se dérouler dans les meilleures conditions pour l’animal, de manière rapide et avec le moins de douleur possible. A cet égard, il convient d’attraper la poule avec douceur afin de ne pas la stresser inutilement, et de réaliser l’opération à l’écart des autres poules. Il est recommandé de préparer à l’avance ce dont vous avez besoin.

    Enfin, il convient de précéder la mise à mort d’un étourdissement. L’étourdissement peut être opéré par un coup sec opéré derrière la tête, et ce, avant l’abattage. Les poules doivent être abattues immédiatement après leur étourdissement, dans tous les cas avant qu'elles reprennent conscience. Leur suspension est interdite avant l'étourdissement.

    Mais encore...

    Il n’y a pas que la nourriture, les produits d’hygiène ou les produits de nettoyage qui peuvent être plus durables et produire moins de déchets. La sensibilisation peut aussi être un moyen de nourrir, mais la réflexion cette fois-ci.

    Voici quelques idées que l’on a repérées pour toi :
    • Le Conteneur de jeux – FostPlus (baladins – louveteaux – éclaireurs – pionniers) : il répertoire de petits et grands jeux sur la thématique des déchets et du tri des déchets à destination des mouvements de jeunesse et classés par catégories d’âge. À toi de piocher ce qui t’intéresse comme activité à part entière ou à intégrer dans une activité plus longue.
    • Le jeu de la ficelle (éclaireurs - pionniers) : jeu interactif permettant de se représenter les liens et implications de nos choix de consommation. Il met en lumière les liens indissociables entre les sphères économique, sociale, environnementale et politique de notre société.
    • Urbo, la ville en transition – SCI (éclaireurs – pionniers) : un jeu de rôle durant lequel les participants pourront réinventer leur ville qui est en transition suite à la prise de conscience que les modèles de production et de consommation ne sont plus viables. Mais il existe des solutions ! Tu veux en savoir plus, n’hésite pas à contacter le SCI.
    • Une boite à idées sur plein de thématiques avec toute une série de critères prédéfinis. 
    • L’outil de Frères des Hommes : un photo-langage.

    Tu as peut-être tes habitudes dans ton quartier mais, en camp, c’est une autre histoire. Voici quelques sites qui répertorient sur des cartes les magasins qui vendent des produits en vrac, zéro déchet, locaux ou provenant des circuits courts :

    • Tu peux aussi réduire tes déchets en fréquentant les grandes surfaces. Il est tout à fait possible d’acheter des fruits et légumes dans des sacs en coton dans de grandes enseignes, voire le pain, dans certains cas. Certaines acceptent même que tu te rendes à la boucherie avec tes boites. N’hésite pas à faire le test, tu seras surpris !
    • Un boucher ne peut pas invoquer l’AFSCA pour refuser de mettre la viande dans tes contenants. Cette dernière a en effet clairement indiqué que le consommateur pouvait tout à fait faire ses courses avec ses propres récipients et que ce dernier seul était responsable en termes d’hygiène.