Un peu d'histoire

Baden-Powell

Le scoutisme est né en 1907 au Royaume-Uni sous l’impulsion d’un général à la retraite : Robert Baden-Powell.

Au cours de son expérience professionnelle, BP constate que les systèmes traditionnels d’éducation, tels que l’école ou l’armée, contraignent les jeunes à une obéissance aveugle. Dès lors, ils manquent de débrouillardise dans des situations imprévues.

Baden-Powell choisit de mettre chaque jeune au centre de ses apprentissages. Il permet aux jeunes de développer leur caractère personnel et leur esprit d’initiative pour qu’ils deviennent de véritables citoyens. Le scoutisme est né.

C’est très vite un succès : des groupes se créent un peu partout. En Belgique, les premières troupes voient le jour en 1911.

 

 

« Le scoutisme est une école de civisme par la vie dans les bois. »

Baden-Powell

Lors de la Première guerre mondiale, des milliers de scouts, tous camps confondus, se déchirent sur le front : Baden-Powell en est bouleversé. C’est à ce moment qu’il prend conscience de la nécessité de former une fraternité mondiale et qu’il initie le premier jamboree mondial qui aura lieu près de Londres en 1920.

C’est cette même année qu’est fondée l’Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS). Son objectif est de promouvoir la paix tout en jouant un rôle de garant des principes fondamentaux que Baden-Powell a définis.

Actuellement, on compte 40 millions de scouts dans le monde répartis dans 169 pays et des organisations scoutes reconnues sont présentes dans pratiquement tous les pays et territoires de la planète.

« Si la paix et le bonheur sont un jour apportés au monde, ce ne sera pas par la force des armes. Ça devra être plutôt par un esprit de fraternité uni à la reconnaissance des droits des autres. »

Baden-Powell

Sur les anciennes cartes géographiques, la fleur de lys indiquait le nord. Elle a été choisie par Baden-Powell comme élément principal de l’emblème du scoutisme mondial : le scout est aussi fiable et sûr qu’une boussole, montrant la voie aux autres.

Les trois pointes symbolisent les trois principes (spirituel, personnel et social). Les dix branches des étoiles représentent les dix articles de la Loi scoute. Le motif central est entouré d’une corde nouée par un nœud plat, symbole de la fraternité du Mouvement dans le monde.

L'emblème est blanc (symbole de pureté) sur fond violet (responsabilité et aide apportée aux autres).

Partout dans le monde, les scouts aiment se saluer de la même façon : une poignée de la main gauche accompagnée d’un signe de la main droite. C’est à la fois un geste de reconnaissance et la réaffirmation de messages :

  • la main donnée est celle du cœur, en souvenir de l’époque où Baden-Powell était salué par des chefs de tribus ;
  • les trois doigts levés rappellent les trois principes scouts.

L'OMMS reconnaît une seule organisation scoute par pays. En Belgique, c’est une plateforme de diverses associations, GSB (Guidisme et Scoutisme en Belgique). En font partie :

  • les Guides catholiques de Belgique ;
  • les FOS Open Scouting ;
  • les Scouts en Gidsen Vlaanderen ;
  • les Scouts et Guides pluralistes ;
  • la fédération Les Scouts.

Aujourd’hui, la fédération Les Scouts compte 56 000 membres : 45 000 jeunes encadrés par environ 11 000 animateurs. Chaque jeune de 6 à 18 ans peut rejoindre le parcours scout, des Baladins aux Pionniers en passant par les Louveteaux et les Éclaireurs.

Chez les scouts, la volonté de vivre des choses ensemble se manifeste entre autres par le port de l’uniforme.

D’une part, c’est un signe de fraternité dans le groupe : « J’ai envie de ressembler aux autres pionniers de ma section ; comme eux, je mets mon uniforme. »

D’autre part, revêtir ton uniforme te donne le sentiment d’appartenir à une communauté, reconnaissable parmi d’autres : « Quand je suis en uniforme, les personnes qui me croisent comprennent que je suis scout. »

Qu'il soit neuf, d'occasion, transmis par un aîné, loué, échangé, bricolé, l'uniforme peut se décliner de diverses façons. Seul le foulard est commun à tous les scouts de la planète.