Camps 2020 et covid-19

Le 22 mai, les autorités politiques ont décidé d’autoriser la tenue des camps d’été moyennant le respect d’une série de conditions visant à garantir le bienêtre et la sécurité des jeunes. Cette décision fut le fruit d’une réflexion et d’une analyse poussée de la question, auxquelles notre fédération a été associée. Si nous nous sommes réjouis de cette décision, nous avons toutefois pris le temps d’étudier les conditions fixées afin de nous assurer que celles-ci étaient compatibles avec les réalités des camps scouts. Ce processus a amené le staff fédéral à valider cette possibilité de maintenir les camps liés à notre fédération. 

Toutefois, chaque section a ses propres réalités et est la mieux placée pour décider, en son âme et conscience, de maintenir, ou non, l’organisation de ses camps. Pour cette raison, le choix est laissé aux groupes de maintenir ou non les camps et, quelle que soit leur décision, nous les soutenons et les accompagnerons dans ce sens.  

Au vu du contexte, la question d’envoyer, ou non, votre enfant au camp peut se poser. En tant que parents, vous êtes les mieux placés pour y répondre et prendre une décision avisée, garantissant le bienêtre de votre enfant. Nous souhaitons toutefois vous soumettre les éléments qui ont poussé notre fédération à autoriser la tenue des camps cet été en espérant qu’ils puissent vous être utiles dans cette réflexion.

Alors que nous sortons de plusieurs mois de confinement, il semble plus que jamais essentiel d’offrir aux enfants et adolescents des lieux pour renouer des contacts sociaux, s’exprimer, se détendre, se dépenser… Le camp scout est un lieu parfait pour cela. Bien que les activités scoutes soient à l’arrêt depuis un temps, le camp reste l’aboutissement d’une année. C’est le lieu de prédilection de mise en application des principes pédagogiques du scoutisme ; principes qui répondent aux besoins des enfants dans les domaines de développement intellectuel, physique, social, spirituel et affectif, et ce, conformément à l’âge et à l’évolution particulière de chacun. Un camp scout est donc un lieu particulièrement approprié pour renouer avec ces différents apprentissages après cette parenthèse de plusieurs mois.

Ensuite, l’étude de la maladie a démontré que les enfants sont très peu infectés par le covid-19 et que, lorsqu’ils le sont, ils sont peu malades. Bien sûr, il existe toujours un risque mais celui-ci est à mettre en balance avec les risques induits par les possibles effets collatéraux du confinement : troubles du sommeil, anxiété, pertes de repères… Il est donc dans l’intérêt supérieur des enfants de reprendre part progressivement à des activités en dehors du cadre familial. Précisons que ce retour à la vie sociale doit se dérouler de manière sereine et bienveillante, sans mesure de protection excessive. Ces dernières ont en effet peu de sens au vu des spécificités des enfants et pourraient se révéler anxiogènes, pour eux comme pour les animateurs. Il s’agit donc de trouver l’équilibre entre mesures sanitaires et retour au vivre-ensemble.

Les autorités, entourées d’experts de la question, ont prévu un protocole clair encadrant l’organisation des camps d’été, en ayant à cœur la recherche de cet équilibre. Différents professionnels de l’enfance ont d’ailleurs exprimé des avis compatibles avec ce protocole "camps" et les arguments présentés ici. Parmi eux, nous citerons notamment le Délégué général aux droits de l’enfant et un collectif de pédiatres.

Pour conclure, "oui", organiser un camp dans ces conditions spéciales est un vrai défi humain et organisationnel. Mais soyez assurés que les staffs et unités qui décident de le relever pour offrir ce camp, tellement attendu et nécessaire, à leurs scouts, pourront compter sur un soutien total des bénévoles et de la structure professionnelle de la fédération. Depuis plusieurs semaines maintenant, et jusqu’à la fin de l’été, notre priorité est de les accompagner afin que les conditions sanitaires, pédagogiques et organisationnelles soient optimales pour tous les camps de cet été.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Si votre enfant présente des symptômes un peu avant le camp ou le jour du départ, il ne pourra y prendre part.

S’il fait partie d'un groupe à risque, il ne pourra participer au camp qu’avec l’accord de ses parents s’il a moins de 18 ans, l’avis du médecin, et à condition que la dispense des soins soit clairement expliquée.

MESURES ORGANISATIONNELLES : LA BULLE

Chaque camp sera une bulle hermétique vis-à-vis de l’extérieur. Cette bulle ne doit pas dépasser 50 personnes, animateurs et intendants compris. Elle ne devra pas être en contact avec l’extérieur, sauf raison impérieuse (courses, visite chez le médecin…).

À l’intérieur de la bulle, certaines mesures sont assouplies. Ainsi, le port du masque et la distanciation sociale ne sont pas nécessaires (même si les contacts intenses restent à éviter, surtout dans les camps des branches ados). Il sera donc possible de jouer, manger à table ou dormir en tente comme les autres années.

Pour chaque bulle, un registre de présence ainsi qu’un enregistrement précis des contacts extérieurs seront nécessaires.

ARRIVÉE ET DÉPART DES ENFANTS

Où que vous déposiez votre enfant (gare, départ du car, camp), un "kiss and drive" devra être organisé. 

Un co-voiturage peut être mis en place, mais avec des mesures spécifiques : 

  • un seul adulte extérieur à la bulle par voiture (le conducteur) ;
  • le conducteur ne doit présenter aucun symptôme lié au covid-19 (et n’en n’aura pas présenté dans les 5 jours qui précèdent le trajet) ;
  • le conducteur portera un masque durant toute la durée du trajet, ainsi que les + de 12 ans ; 
  • les surcharges de voiture seront évitées (éviter de remplir la voiture à sa capacité maximale).

Il est également possible que le trajet se fasse par l’intermédiaire d’une société d’autocars ou en transports en commun si les règles en vigueur sont respectées.

RÈGLES D'HYGIÈNE RENFORCÉES 

Voici les lignes de conduite que tous les participants au camp devront respecter :

  • le lavage des mains est obligatoire avant et après chaque activité, chaque repas et chaque passage aux toilettes ; 
  • les locaux et les tentes doivent être aérés régulièrement ;
  • l’eau courante sur le camp n’est pas obligatoire, mais souhaitable ;
  • les gestes barrières doivent être respectés et il faut utiliser des mouchoirs à usage unique. Des poubelles fermées seront prévues ;
  • lors des activités, les contacts entre participants ne sont pas interdits mais on évitera les contacts au niveau du visage et les contacts intenses ;
  • en dehors de la bulle, toute personne de plus de 12 ans devra porter un masque et se tenir à 1,5 m des personnes ne faisant pas partie de la bulle ;
  • lors de la dispense de soins, le soignant veillera à porter un masque. 
ACTIVITÉS EXTÉRIEURES ET CONTACTS HORS BULLE

De manière générale, les activités de la section doivent se dérouler autant que possible en plein air, et sur le lieu de camp, pour éviter au maximum les risques de contacts extérieurs à la bulle. Les visites sont interdites (pas de journée des parents, pas de visites diverses et variées, une exception autorisée pour l’équipe d’unité).

PROCÉDURE D'URGENCE

En cas d’apparition de symptômes liés au covid-19, une procédure précise va être communiquée aux animateurs. Les bénévoles de Scout Assistance seront spécifiquement formés à la situation afin de soutenir les animateurs au mieux.

Organiser un camp dans les conditions actuelles est certes possible mais il n’en reste pas moins que cela représente un vrai défi humain et organisationnel pour les unités et les animateurs. Si le staff ou l’unité de votre enfant a pris la décision d’annuler le camp, soyez certains que celle-ci n’a pas été prise de gaieté de cœur. Pour eux aussi, le camp est l’aboutissement d’une année et un moment où le scoutisme peut se vivre pleinement. En outre, ils ont certainement déjà dépensé de l’énergie à préparer ce camp. 

Toutefois, la décision d’autoriser les camps et l’information quant aux conditions règlementant l’organisation de ceux-ci se sont fait attendre. Un gros mois à peine sépare cette annonce du début des premiers camps, ce qui laisse très peu de temps aux staffs pour s’organiser. De plus, de nombreux animateurs sont actuellement en blocus ; une période rendue particulièrement compliquée pour les étudiants victimes, eux aussi, du confinement et de ses impacts sur les cours et les examens de fin d’année. L’organisation d’un camp dans des conditions normales représente plusieurs dizaines d’heures de travail pour chaque animateur. Les aménagements nécessaires à l’adaptation des activités aux contraintes amenées par le covid-19 impliquent un investissement encore plus important. Dans de telles conditions, tous les staffs ne sont pas en mesure d’assumer cette charge de travail. 

Pour toutes ces raisons, nous soutenons entièrement les sections et unités qui feraient le choix de ne pas organiser de camp cette année. Nous encourageons par ailleurs celles qui le souhaitent, à développer des activités alternatives qui permettront aux scouts de vivre, malgré tout, le scoutisme cet été.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à revenir vers l’animateur d’unité qui reste votre interlocuteur privilégié pour expliquer ce positionnement et vous informer des éventuelles alternatives mises en place.