De barcelone à Virton

Du 28 mars au 1er avril 2015, sept scouts espagnols, dont deux animatrices, sont venus apprécier le plaisir de séjourner en Gaume, quittant leur sol catalan afin de découvrir quelque chose de nouveau. Une aventure qu’ils ne risquent guère d’oublier.

Premiers contacts et préparation

Un ami et ancien animateur de troupe était parti avec le programme Erasmus à Barcelone durant ses études il y a deux ans. C’est là-bas qu’il rencontra Laia, la responsable d’une section qui pourrait s’apparenter à des pionniers. Elle avait dans l’idée de venir passer un peu de temps en Belgique afin de découvrir ce pays, complètement inconnu pour eux. J’ai reçu le premier email en janvier et c’est avec ardeur et enthousiasme que l’échange commença afin de leur organiser un petit séjour au pays. Les semaines passèrent et un programme se dessinait.

L'aventure commence

C’est sous un soleil torride (une pluie diluvienne) qu’ils ont foulé notre sol pour la première fois. Premier grand changement pour eux, habitués à une toute autre météo ! Attendus en gare de Virton samedi dans l’après-midi, les péripéties commencent. Personne au rendez-vous et la pluie continue de tomber. Leur portable ne passant pas, cela rendait tout contact impossible. La chasse commence.

Après maintes recherches, nous les trouvons enfin, se baladant, trempés mais le sourire aux lèvres, dans le centre de Virton.

Ni une ni deux, nous embarquons dans les voitures et les déposons dans un gîte, loué pour l’occasion, dans notre Vallée de Rabais.

Nous avions prévu un week-end bien chargé d’activités mais le temps en décidera autrement. La pluie ne cessant, nous devions revoir notre planning.

Folklore et jeu dans la ville

Les laissant se reposer au gîte après un voyage en avion, en train et une balade découverte improvisée, nous sommes venus les chercher en début de soirée pour un repas bien mérité.

Pour l’occasion et pour ne pas les dépayser (vive les clichés), nous avions préparé un chili con carne.

De notre côté, nous avions rassemblé des animateurs de toutes les sections ainsi que nos scouts de 15-17 ans (l’âge des cinq jeunes catalans) afin de partager et d’échanger à propos de divers sujets durant toute cette soirée. 

L’échange était très intéressant, bien que pas toujours facile pour certains, la langue posant quelques problèmes. Deux-trois animateurs parlant espagnol facilitaient les échanges avec eux. Pour le reste, nous conversions en anglais et même si celui-ci n’était pas toujours maîtrisé des deux côtés, nous nous comprenions. Les gestes, moins utilisés, en aidaient quelques-uns pour décrire certains mots. Cela donnait droit à des situations amusantes. 

Dimanche matin, nous passons les chercher avec quelques animateurs et nous allons leur montrer le folklore virtonnais. En effet, sur le kiosque ce matin-là, un groupe régional était venu jouer dans le cadre des apéro-ski. Musique bien appréciée de nos invités. Vu le temps qui ne s’améliore guère, nous décidons d’annuler notre descente de la Semois en kayak et nous les redéposons au gîte.

L’école reprenant pour nos scouts et la plupart des animateurs remontant dans leur lieu d’étude, nous ne sommes plus que trois-quatre à aller les visiter lundi et mardi en fin de journée.

Grâce à une météo presque favorable le lundi, ils ont arpenté les environs pour découvrir et réaliser divers jeux. Notamment un jeu dans la ville qui demandait aux jeunes de rentrer en contact avec la population a été organisé, de quoi bien rigoler !

Nous les avons laissés ces deux journées afin de profiter en petit groupe de leur séjour en Gaume. Ils ont goûté à quelques mets particuliers comme le pâté gaumais, le biscotin ou encore la portion de frites au fromage, choses qu’ils ont fortement apprécié.

Nous passions les soirées ensemble et nous discutions beaucoup sur nos deux mouvements. Ils font partie des Esplai Tuareg, mouvement de jeunesse catalan, qui défend des valeurs semblables aux nôtres et qui a une approche éducative toute aussi intéressante. Nous avons passés d’excellents moments en leur compagnie et, après un échange de foulard symbolique, nous avons fait nos adieux.

Nous les avons emmenés à la gare le mercredi matin afin qu’ils profitent de notre capitale, avant de reprendre l’avion en fin d’après-midi. Nous avions préparé un petit itinéraire depuis Bruxelles-Central dans le but de découvrir l’essentiel de Bruxelles, pour une toute première visite,  en quelques heures seulement. Il faisait beau ce jour-là également, fort heureusement !

Prochaine étape : un camp itinérant?

Ce n’est pas la première fois que nous réalisons un jumelage de la sorte. Nous en avions déjà fait l’expérience avec des pionniers bretons et lorrains en 2013. Et nous avons retenté l’expérience car ce sont des moments et des échanges vraiment positifs, qui permettent également de réfléchir sur les pratiques du scoutisme et celles de notre animation. Ce sont des moments que nous trouvons tout aussi importants pour nos scouts ; dans la rencontre et le partage avec des jeunes de leur âge à l’intérieur un cadre familier construit autour de valeurs communes.

Facebook est le moyen le plus facile que nous ayons trouvé pour rester en contact avec eux. Ils ont d’ailleurs une page Esplai Tuareg, où ils ont déposé quelques photos de leur séjour.  Je reste de mon côté en contact par email avec la responsable. Le plus important cela dit étant de vivre une telle aventure, un tel échange. Ce qui m’amène à la réflexion suivante : pourquoi ne pas, à notre tour, faire la démarche de réaliser un camp itinérant dans leur région ?

Maxence, animateur responsable Éclaireurs à Virton (LUX007)