Destinations autorisées

Été 2021 : les destinations autorisées (sous réserve des conditions ci-dessous)

Baladins et louveteaux

  • Belgique ou régions et départements limitrophes de notre pays.
  • France : Hauts-de-France (Nord – Pas-de-Calais – Picardie) et Grand Est (Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine)
  • Allemagne : Rhénanie du Nord-Westphalie, Rhénanie-Palatinat, Sarre
  • Pays-Bas : Zélande, Brabant septentrional, Limbourg
  • Grand-Duché du Luxembourg

Éclaireurs et Pionniers

  • Belgique
  • France
  • Allemagne
  • Pays-Bas
  • Grand-Duché du Luxembourg

Au vu du contexte sanitaire particulier de cette année, la fédération autorise uniquement les camps en Belgique, ou très proches, dans un pays limitrophe (Pays-Bas, Allemagne, Grand-Duché de Luxembourg, France).

En effet, nous estimons que les conditions ne sont pas réunies pour envisager un camp géographiquement éloigné de la Belgique et, dès lors, nous n’autorisons, malheureusement, pas les destinations en dehors des pays limitrophes.  

Pour quelles raisons ?
  • Le rapatriement sanitaire d’une personne suspectée ou atteinte du covid-19 ne peut pas être garanti par Ethias (ni par ses partenaires médicaux).
  • Tous les frais encourus par la suite d’une mise en quarantaine du groupe ne sont pas couverts par l’assistance Voyages et séjours à l’étranger (n°45 388 337), à l’exception des seuls frais liés à la prise en charge de la personne contaminée au covid-19.
    • Exemple : si une suspicion de covid-19 ou u cas de covid-19 avéré se déclare le dernier jour du camp, le groupe sera contraint de prolonger son camp d’une durée équivalente à la quarantaine. Tous les frais occasionnés par cette prolongation ne seront donc pas pris en charge par l’assurance.
  • L’incertitude importante qui pèse toujours sur les voyages à l’étranger (dans quels pays les belges pourront-ils se rendre pour des voyages non-essentiels cet été, avec quelles conditions d’accès et /de retour ?). 
  • Le passage de plusieurs frontières multiplie les conditions d’accès et mesures auxquelles s’astreindre.   

Poursuivre de tels projets de camps implique une prise de risques élevée.

En conséquence, il convient d’opter pour une destination en Belgique ou très proche, dans un pays limitrophe (Pays-Bas, Allemagne, Grand-Duché du Luxembourg, France) qui ne nécessite qu’un trajet en véhicule personnel (voiture ou camionnette) aller-retour d’une journée, sans étape.

LES CONDITIONS QUI RESTENT D’ACTUALITÉ
  • une décision collective et assumée par la section (animateurs et scouts), le staff d’unité et les parents qui tient compte du dispositif à mettre en place en cas de rapatriement nécessaire (qui préserve le principe de la bulle hermétique et ne nécessite qu’un trajet en véhicule personnel sans étape) ;
  • l'élaboration d’un projet de camp transposable en Belgique ;
  • un avis favorable du SPF Affaires étrangères (conditions d’entrée dans le pays de destination et de retour en Belgique, quarantaine, test covid-19, vaccins) ;
  • l’autorisation du Cabinet Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles ;
  • l’autorisation de camps scouts dans le pays de destination.

L’actualité sanitaire peut amener la fédération à reconsidérer, à tout moment, son autorisation de camper à l’étranger.

Au vu de l’incertitude importante qui pèse sur les voyages à l’étranger et les responsabilités qui incombent aux animateurs en cas de rapatriement, les camps ne sont autorisés qu'en Belgique ou dans un pays limitrophe (Pays-Bas, Allemagne, Grand-Duché du Luxembourg, France) qui ne nécessite qu’un trajet en véhicule personnel (voiture ou camionnette) sans étape, pour permettre de gérer des potentiels rapatriements en autonomie, tout en préservant le principe de la bulle hermétique. 

Les sections qui ont déclaré un camp en zone 2, hors pays limitrophes de la Belgique, seront contactées personnellement et un accompagnement leur sera proposé pour ajuster leur destination.

Au vu des dispositions relatives à l'assurance Voyages à l'étranger, de l’incertitude importante qui pèse sur les voyages à l’étranger et des responsabilités qui incombent aux animateurs, en cas de rapatriement, les camps géographiquement plus éloignés de la Belgique entrainent une prise de risques multiples et importants.

Nous estimons que les conditions ne sont pas réunies pour envisager et autoriser les camps en zones 3 et 4. Ces zones sont donc fermées. 

    • Restez prudents dans vos dépenses financières à l’étranger.  Pensez à négocier les conditions d’annulation (échéances, montant, …). Attention, les assurances annulation ne couvrent quasi jamais les conséquences liées aux pandémies.
    • Retardez l’achat de vos titres de transports, optez pour des formules flexibles (modifiables, remboursables, pas de transport aérien).
    • Informez votre éventuel partenaire des incertitudes qui doivent encore être levées dans les prochaines semaines (conditions de voyages, autorisation de camp).
    • Mettez du certain dans l’incertain. Optez pour un projet flexible : imaginez votre camp en termes d’objectifs et d’activités plutôt qu’en termes de destination. Concevez un projet qui pourra se réaliser même en Belgique s’il devait y avoir un changement de dernière minute.

    Camper chez nos voisins

    Tu voudrais partir en camp dans les zones frontalières à la Wallonie avec tes baladins, tes louveteaux, tes éclaireurs ou tes pionniers mais tu penses avoir trop peu d’infos pour le faire ?

    L’outil "Camper chez nos voisins" est fait pour toi ! 

    Il s’agit d’une carte interactive dans laquelle tu découvriras tout ce qu’il faut savoir pour préparer ton camp en toute quiétude : mobilité, mouvements de jeunesse, logement, législation…