créer un espace de parole durant l’année

Objectifs

  • Permettre à chaque scout d’être à l’écoute de ses ressentis et de les partager au groupe. 
  • Faire le point sur son état d’esprit par rapport à la situation de crise. 
  • Identifier ses besoins et découvrir ceux des autres pour assurer le bien-être de chacun pendant l’année. 

À noter

  • Répartis ta section en petits groupes (sizaines, patrouilles...). Cela permettra aux plus timides de s’exprimer plus facilement.  
  • Cette proposition d’animation est commune à toutes les branches, n’hésite pas à adapter l’une ou l’autre étape selon ta réalité. 

Mon rôle pendant l'activité ?

  • Faire de la place à chaque scout tout en respectant les différents tempéraments. Chacun est libre de partager ce qu’il souhaite, ni plus, ni moins. 
  • Quand une personne exprime un mal-être, une façon de l’aider est de pratiquer l’écoute active. Il ne sert à rien de nier ou de minimiser le ressenti (“ce n’est rien, ça passera”), un ressenti n’est jamais faux. Laisse le jeune s’exprimer et encourage-le à accueillir ce qu’il vit : “je comprends, je vois...”. Tu peux aussi lui poser des questions ouvertes en lui laissant la possibilité de ne pas y répondre s’il n’y tient pas : “As-tu une solution...? Et si tu faisais cela? Penses-tu que cela te serait bénéfique?”. 
Étape 1 : Poser le cadre 

Explique aux scouts que si chaque année scoute est une aventure unique et inoubliable, celle-ci le sera encore plus que les autres pour tant de raisons. Certaines sections n’ont plus eu l’occasion de se rassembler depuis longtemps, d’autres ont vécu un camp différent de d’habitude. Chacun a vécu, et vit toujours, cette période de covid à sa manière. Des mesures d’hygiène sont à respecter en toutes circonstances. En ce début d’année, il est important de prendre un moment pour se re-découvrir et partager ses besoins pour que chacun se sente à l’aise. Ensuite, présente ces règles d’or à respecter pendant l’animation : 

  • Respect : on ne se moque pas, on respecte le point de vue de chacun. 
  • Non jugement : on ne porte pas de jugement (“tu aurais dû...”), on s’exprime en son nom (on parle en “je” et pas en “tu”), on n’accuse personne... 
  • Confidentialité : ce qui se dit dans l’espace de parole reste dans l’espace de parole. 

Et si les règles ne sont pas respectées ? 

  • Rappelle la règle non suivie avec bienveillance. 
  • Ne tolère jamais un manque de respect grave, interviens directement. 
  • Si un scout enfreint les règles à répétition, prends-le en aparté après l’activité plutôt que pendant celle-ci. 
Étape 2 : Explorer ses émotions 

Les scouts se mettent à l’aise, ils se couchent dans l’herbe, sur un tapis ou par terre avec un coussin... Ils ferment les yeux. 

Parle-leur avec une voix tranquille : 

“Imagine une bulle, comme une bulle de savon, tout autour de toi. Ce qui se trouve à l’extérieur n’a plus aucune importance. À présent, tu es tout seul. Dans cet espace ton corps est allongé et complètement détendu. Tu es totalement immobile. Seule ta respiration crée du mouvement. Observe cela. L’air qui rentre et qui sort. Quelles sont les parties du corps qui bougent ? Comment trouves-tu ta respiration ? Est-elle calme, agitée, paisible, saccadée, régulière... ? Tu peux poser tes mains sur ton ventre pour le sentir se soulever.” 

Après quelques instants de calme absolu, toujours en gardant les yeux fermés, propose aux scouts d’identifier leur-s ressenti-s du moment. Pour cela, l’animateur lit à voix haute une série d’émotions. Le scout en repère l’une ou l’autre qui lui parle particulièrement ou il se contente de toutes les écouter et observe simplement ce qu’elles soulèvent éventuellement chez lui.  

La bonne idée : Propose un support visible des différentes émotions. Soit sous forme d’affiche, soit sur des feuilles éparpillées dans l’espace. Tu peux aussi choisir d’imprimer ou de dessiner des émojis pour les plus jeunes.  

Étape 3 : Retour sur le vécu de ces derniers mois 

Mets à disposition du matériel pour écrire ou dessiner et explique aux scouts qu’à présent ils vont réfléchir à leur vie depuis le début de cette crise sanitaire. Ils écrivent ou dessinent ce qu’ils souhaitent, ils sont totalement libres par rapport à cela. S’ils le souhaitent, ils peuvent ne rien mettre par écrit. 

“À quoi a ressemblé ta vie pendant le confinement ? Tes journées se ressemblaient-elles ? Y –a-t-il des choses qui ont changé pour toi ? Qu’est-ce qui t’a marqué ? Depuis le déconfinement, que fais-tu de tes journées ? As-tu revu tes amis ? As-tu repris l’école ? Comment se passe l’école pour toi ? …” 

Quand ils re-pensent à ces moments, quelles émotions les traversent? Sont-elles plutôt positives ou négatives, un mélange des deux? Se sont-ils confiés à des personnes de confiance? Ont-ils besoin de le faire? 

Ci-dessous une liste de questions dont tu peux t’inspirer si tu souhaites creuser la réflexion. Toutes ne conviennent pas aux quatre branches. À toi d’en juger. 

  • Pense à une chose que tu as apprise sur toi-même. 
  • Pense à une chose que tu as apprise sur les autres. 
  • Quel serait le point positif de cette période particulière? 
  • Qu’as-tu particulièrement mal vécu? 
  • Pense à quelque chose qui t’a manqué. 
  • Pense à quelque chose qui ne t’a pas manqué. 
  • Quelle est la chose qui t’a le plus marqué-e? 
  • Pense à quelque chose dont tu es fier-fière? 
  • Pense à quelque chose qui t’a déçu, venant de toi ou de quelqu’un d’autre. 
  • Pense à un mot pour qualifier tes relations à autrui depuis la crise. 
  • As-tu développé de nouvelles compétences pendant la crise? Laquelle? Lesquelles? 
  • Quel enseignement tires-tu de cette période? Qu’en retiens-tu? 
  • Quel super héros-héroïne aimerais-tu être pour surpasser cette crise? 
  • Quel mot utiliserais-tu pour qualifier ta vision de l’avenir? 
  • Quel serait ton message d’espoir pour le futur? 
Étape 4 : Moment de partage 

Ensuite, permet à chacun de s’exprimer librement. Il n’y a pas de réactions à avoir ni de commentaires à faire. C’est un moment d’écoute. 

Ils peuvent partager : 

  • La manière dont ils ont vécu l’activité. 
  • Les émotions qu’ils ont identifiées. 
  • Leurs réflexions quant à la situation de crise. 
Étape 5 : Nos besoins pour l’année ? 

Explique que les émotions agréables ou désagréables sont toujours liées à un besoin. Si nos besoins sont comblés, on se sent heureux, détendu, de bonne humeur. Par ailleurs, un besoin qui est important pour nous et qui n’est pas comblé génère un sentiment désagréable. Par exemple, si un scout a besoin d’espace pour se sentir à l’aise, le confiner dans un local sans lui laisser l’opportunité de prendre l’air va générer chez lui un réel inconfort. 

Lis à haute voix la liste des besoins et demande aux scouts d’en identifier trois qui leur parlent particulièrement au démarrage de cette année.  

La bonne idée : Propose un support visible des différents besoins. Soit sous forme d’affiche, soit sur des feuilles éparpillées dans l’espace. 

Chaque scout les partage au reste du groupe et donne éventuellement des exemples de moments où il imagine qu’il va pouvoir les assouvir. Si un besoin partagé par un scout risque de ne pas être comblé pendant les réunions, la section peut imaginer des adaptations à mettre en œuvre. Parfois, il n’y a tout simplement pas de solution. Dans ce cas, il faut juste l’observer, l’important c’est de s’être posé la question. On imagine par exemple, qu’un scout confie qu’il a grand besoin de calme et de solitude par moment. On pourrait peut-être envisager de prévoir un coin tranquille à l’écart du groupe pour que ceux qui le souhaitent puissent s’y installer. 

N’hésite pas à réutiliser ces listes d’émotions et de besoins pendant l’année. Par exemple, pendant les conseils ou durant le camp.  

Tu peux utiliser ces fiches lors d’un conflit. Propose aux scouts d’identifier les émotions qui les habitent et d’exprimer le besoin qui n’est pas comblé avant de chercher à résoudre le différend. Cela permet souvent de débloquer une situation. 

Ou encore, en fin de réunion. Propose aux scouts de réfléchir au meilleur moment de la journée et d’y associer l’émotion ressentie et le besoin qui était satisfait. En faisant cette activité régulièrement, on apprend à mieux se connaître et à mieux connaître les autres. On prend davantage conscience de ce qui est important pour chacun. 

Certains contenus de cette activité ont été inspirés par des fiches crées par Latitude jeunes, merci à eux pour leur travail de qualité.