Utilisation des réseaux sociaux

 

À l’heure actuelle, difficile voire impossible de passer à côté des réseaux sociaux, et principalement de Facebook, pour communiquer que ce soit avec les parents, les animateurs et même les scouts plus âgés. Mais avant de se lancer, mieux vaut se renseigner pour éviter tout faux pas. ;-)

Quel réseau pour quel message ?

Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, WhatsApp, YouTube…, les options ne manquent pas. Chacun de ces canaux possède néanmoins ses propres particularités.

  • Facebook permet de communiquer facilement des infos, photos et vidéos. Ce réseau propose différentes options : la création d’un profil personnel, de pages, de groupes…
  • Instagram est plutôt utilisé pour le partage de photos et courtes vidéos. On y retrouve un public dont la moyenne d’âge est plus jeune que sur Facebook.
  • Twitter est davantage utilisé pour une communication formelle (et très courte). On y retrouve de nombreuses personnalités publiques et politiques.
  • WhatsApp, tout comme Messenger, est un système de messagerie qui permet d’échanger rapidement des informations avec une personne ou un groupe de personnes. Il est également possible d’y partager des photos et vidéos.
  • TikTok est le réseau qui monte actuellement. Il s’agit d’une application de création et de partage de courtes vidéos très en vogue auprès de la jeune génération.
  • YouTube est une plateforme qui permet, elle, le partage de vidéos plus longues. Elle fonctionne comme un autre réseau social, autorisant les interactions sous les vidéos.

Il en existe encore d’autres, mais ton unité ne doit bien entendu pas se retrouver partout (communiquer sur les réseaux sociaux n’étant d’ailleurs pas la priorité). À toi de choisir où tu souhaites te retrouver en fonction de ton objectif de communication et du temps que tu as à y consacrer.

Beaucoup d’unités se trouvent sur Facebook pour communiquer avec les parents, les membres de l’unité ou encore les anciens. De cette manière, l’info arrive directement dans le fil d’actualité des personnes visées, sans qu’elles doivent faire la démarche de se connecter au site de l’unité.

On voit de plus en plus apparaitre de comptes Instagram d’unités, et surtout de sections. Ces dernières y partagent des photos et courtes vidéos de leurs activités et de leurs camps.

Enfin, WhatsApp est souvent utilisé pour communiquer vers un groupe de parents et faire passer rapidement un message.

Profil, groupe, page, évènement, que choisir ?

Facebook propose plusieurs options.

Le profil

En créant un profil, ton unité ou ta section devient une personne virtuelle. Elle pourra donc interagir comme n’importe quelle personne inscrite sur Facebook et choisir ses amis, ainsi que ce qu’ils peuvent voir. 

Attention toutefois : Facebook interdit la création de profils fictifs, c’est-à-dire de profils qui ne correspondent pas à une personne physique. Il se pourrait qu’un jour, ton profil soit supprimé.

La page

C’est le support privilégié par les organisations. Plusieurs personnes peuvent l’administrer et ajouter du contenu, et tu as accès à diverses statistiques te permettant d’améliorer ta communication. 

Il faut toutefois savoir que les pages sont publiques et que tout membre de Facebook peut la liker ou s’y abonner sans t’en demander l’autorisation. À toi de veiller, peut-être encore plus qu’ailleurs, à ce que tu postes dessus (lire ci-dessous).

Pour découvrir comment créer et gérer une page Facebook, rends-toi sur cette page.

Le groupe

À la différence d’une page, tu peux choisir le statut de ton groupe (public, fermé ou secret). Tu peux donc choisir qui peut voir tes publications. Chaque membre du groupe peut y poster des messages et, à chaque message, une notification est envoyée. 

Pour en savoir plus sur les critères de confidentialité des groupes, rendez-vous ici.

Tu trouveras également des informations sur la gestion des groupes ici.

L’évènement

Comme son nom l’indique, ce moyen est plutôt réservé aux évènements comme ta fête d’unité. Il te permet de renseigner les infos pratiques. En retour, tu auras une indication (souvent imprécise !) sur le nombre de participants. Un évènement peut être public ou privé.

Tout le monde n'est pas sur facebook

Certaines personnes font le choix de ne pas s’inscrire sur Facebook car elles refusent, par exemple, de voir diffusée une partie de leur vie privée.

Le mouvement scout veut permettre aux jeunes de devenir, entre autres, conscients et critiques. C’est pourquoi il est important de respecter le choix de chacun.

Évite qu’un réseau social, que ce soit Facebook ou un autre, devienne le canal de communication principal de l’unité ou de la section. En début d’année, vois avec les parents s’ils préfèrent que les communications incontournables passent par le site de l’unité, mail, courrier...

Notre conseil

Vu les conditions actuelles d’utilisation de Facebook, nous te conseillons de créer une page pour ton unité, sur laquelle ne seront publiées que des informations basiques (d’autant plus que Facebook use de plus en plus fréquemment d’algorithmes faisant passer les publications des pages à la trappe sur les murs des followers). Tu pourras également créer tes évènements à partir de cette page.

Chaque section peut ensuite disposer d’un groupe fermé, qui sera relié à la page de l’unité. Les parents pourront ainsi rejoindre le groupe qui les intéresse. Vous pouvez également créer un groupe pour le conseil d’unité.

Instagram est le réseau utilisé pour le partage de photos et de courtes vidéos. Il propose des profils publics ou privés. Si ton unité ou ta section souhaite créer un compte, nous te conseillons de le rendre privé. Tu devras ainsi accepter les personnes qui suivent le compte et les publications ne seront pas accessibles au grand public.

Sur ce réseau, il est possible de partager des photos et vidéos dans le fil d’actualité ou en story. Une publication en story ne restera que 24h (à moins d’en faire une story à la une), tandis qu’une publication sur le fil restera disponible aussi longtemps que l’utilisateur l’y laissera.

Bon à savoir : il est possible de régler les paramètres de confidentialité des stories. En te rendant dans Paramètres > Confidentialité > Story, tu pourras choisir qui peut visionner tes publications éphémères (y compris dans les contacts que tu as acceptés). 

Le visuel est un élément essentiel sur Instagram. Il existe d’ailleurs de nombreuses possibilités pour pimper tes publications. Ce n’est probablement pas le réseau le plus adapté pour faire passer des communications vers les parents, par exemple.

Les vidéos sur Instagram

La vidéo occupe une place de plus en plus grande sur Instagram. Il existe trois possibilités pour en publier sur ce réseau :

  • Dans le fil : tu peux publier des vidéos d’une durée de 3 à 60 secondes.
  • En story : les vidéos publiées en story sont divisées en morceaux de 15 secondes.
  • Sur IGTV : il est possible de publier des vidéos allant de 15 secondes à 10 minutes (ou 60 minutes pour les utilisateurs vérifiés).
  • Les reels : des vidéos de max. 15 secondes qui laissent place à la créativité, un peu dans le style de TikTok, et apparaissent dans le fil d’actualité ou en story.

WhatsApp est un service de messagerie qui permet d’échanger messages écrits, images, vidéos ou messages audio. Son avantage est qu’il permet de communiquer rapidement vers des groupes de personnes.

Attention, cependant, les membres des groupes peuvent vite se sentir assaillis par les messages. Imaginons que tu envoies un « Bien arrivés au camp ! » à tous les parents de ta section et que chacun d’entre eux réponde « Merci pour les nouvelles. » : bonjour les notifications ! ;-) Tu peux toujours établir une « charte d’utilisation » avec les parents pour éviter ce type de désagréments.

Il est également possible de passer des appels vidéo avec cette application.

Que publier sur les réseaux sociaux ?

Toutes tes publications (y compris sur tes comptes personnels) sont susceptibles d’être lues par le plus grand nombre : tes amis, les amis de tes amis, les parents de tes scouts… Fais donc attention aux mots que tu emploies. Veille à respecter chacun et l’esprit du scoutisme. Même si tu fais marche arrière par la suite en effaçant ta publication, on sait tous comment faire une capture d’écran. ;-)

Cela vaut pour les réseaux sociaux comme pour toute autre publication : avant de publier une photo, il faut en demander l’autorisation à la personne qui est dessus ou à ses parents si elle est mineure.

Sur Facebook et Instagram, les choses se compliquent encore un peu plus. En publiant une photo sur ces médias, tu leur cèdes les droits à l’image. Les réseaux sociaux sont des espaces publics et les photos le sont aussi (malgré les éventuels paramétrages d’accessibilité restreinte). Il faut donc absolument que les parents t’en aient donné l’autorisation.

Autre point d’attention : tout le monde est susceptible de voir les photos publiées. Veille donc à utiliser les paramètres de confidentialité mis à ta disposition (d’où l’intérêt aussi d’avoir un groupe fermé où poster ces images ou un compte privé) et à publier des photos respectueuses des scouts et de l’image du scoutisme que vous véhiculez. Privilégie également les photos de groupe plutôt que celles en gros plan.

Il est essentiel que plusieurs individus soient nommés administrateurs de la page ou du groupe, ou possèdent les accès du compte. En procédant de la sorte, tu t’assureras que quelqu’un puisse toujours entreprendre une action sur la page et éviteras que les accès se perdent lors des changements de staff.

S’il s’agit d’un groupe de section, il est intéressant que l’équipe d’unité y ait également accès afin de pouvoir intervenir si besoin.

La bonne idée : en liant un groupe (de section ou autre) à la page de l’unité sur Facebook, les administrateurs de la page verront d’office ce qu’il se passe sur le groupe.

Te voilà devenu administrateur ou modérateur, mais faut-il répondre à tous les commentaires ? 

Il se pourrait que tu reçoives des commentaires désagréables ou de personnes mécontentes, ça fait malheureusement partie du lot des réseaux sociaux. 

Quand la réputation de l’unité / la section est en jeu, il vaut mieux répondre (de manière posée). Nous sommes sur les réseaux sociaux, l’information circule vite, autant couper court aux rumeurs en répondant. Si tu souhaites éviter de laver le linge sale sur la place publique, ce qui est tout à ton honneur, tu peux aussi répondre à la personne en MP (et indiquer sous son commentaire que tu le fais, ainsi tout le monde verra que tu as répondu et que tu n’as pas laissé la personne dans le vent).

Parfois, certains commentaires ne demandent tout simplement pas réponse. S’ils contiennent des propos injurieux, tu as la possibilité, en tant qu’administrateur / modérateur, de les cacher ou les supprimer. En dernier recours, il est également possible de bannir une personne.

Il se peut qu’à une période particulière comme celle des camps, les parents insistent pour recevoir régulièrement des nouvelles de leurs enfants. Les animateurs peuvent alors se sentir obligés de publier régulièrement des photos et nouvelles du camp et vivre cela comme une charge.

Dans ce cas, les animateurs, épaulés par l’équipe d’unité si nécessaire, doivent rappeler aux parents que leur rôle est de s’occuper des enfants qui leur sont confiés et qu’ils souhaitent profiter de cette parenthèse hors du temps pour vivre des moments exceptionnels avec les scouts et se déconnecter.

Après tout, un animateur n’est pas un influenceur. ;-) 

Même si tu n'as pas ton foulard devant ton ordinateur, sur les réseaux sociaux aussi, tu portes l'image du scoutisme

N’hésite pas à élaborer une charte d’utilisation des réseaux sociaux avec ton staff ou le conseil d’unité. Vous pourrez y reprendre différents éléments, comme :

  • Quel genre d’infos publie-t-on ? (Sifaka peut-il faire la promo de la foire aux boudins organisée par son cousin ?)
  • Qui peut voir les publications ?
  • Qui publie ?
  • À quelle fréquence publie-t-on ?
  • Organise-t-on une modération ? Qu’accepte-t-on ou pas que les membres publient ?
  • Comment répond-on aux interpellations plus désagréables ? Qui s’en charge ?
  • Etc.