Activités lucratives

Des sous pour nos projets mais pas à n'importe quel prix !

Concrétiser nos rêves, mener à bien nos projets… Cela suppose parfois un investissement financier. Sommes-nous prêts à consacrer beaucoup d’énergie à la récolte de fonds ? Le scoutisme n’a pas pour objectif de former les jeunes à la vente et au marketing. Mais il peut leur apprendre le sens de l’effort et la valeur de l’argent.

L’enjeu consiste à récolter des fonds en respectant l’esprit dans lequel nous voulons animer nos scouts. Voici quelques balises pour t’aider à choisir et définir ton activité lucrative.

La campagne calendrier : un bon moyen pour remplir la caisse !

Publié chaque année, le calendrier est une solution rentable et facile pour alimenter les caisses de l’unité.

La recette est simple : sur un prix de vente de 6 €, l’unité garde 3 € de bénéfice pour financer ses activités. Le reste est reversé à la fédération afin de couvrir les frais de fabrication, d’acheminement, de stockage… (0,5 €) et de financement de projets communs au mouvement : formation, publications... (2,50 €).

Aucun risque de perdre de l'argent pour l'unité : les invendus sont repris et les calendriers ne sont facturés qu’une fois vendus.

Exemple pour une unité de 50 membres vendant en moyenne 2 calendriers : 50x6 € = 300 €. Une bonne opération, non ?

1. Les subsides

Avant d’organiser des activités lucratives pour récolter des fonds supplémentaires, tu peux solliciter des aides financières ou des aides matérielles extérieures en fonction de tes projets auprès de ta commune, de la Région wallonne, de la fédération Wallonie-Bruxelles...

2. De la variété

Propose des animations qui n’entrainent pas systématiquement des dépenses d’ordre financier.

L’idéal est d’instaurer un équilibre entre les actions lucratives et les autres activités plus typiquement scoutes.

Apprendre à tes scouts la valeur de l’argent et du travail est en soi un objectif fort louable mais ne doit en aucun cas monopoliser toutes les réunions. Tu as plein d’autres choses à leur faire découvrir !

3. Poser le cadre

Il est important que ton staff balise chaque activité lucrative parce que c’est une question délicate et que les risques de dérapage sont réels.

Par exemple, ton staff peut préciser aux scouts quelles actions il accepte ou non quand il s’agit de gagner de l’argent. Ton staff peut également fixer par patrouille une somme maximale à ne pas dépasser. 

4. Faire un budget

Avant d’imaginer une action lucrative, il est nécessaire de savoir pourquoi nous voulons gagner de l’argent et combien il nous faut récolter.

Questions à se poser
  • A-t-on vraiment besoin d’argent ?
  • Pourquoi a-t-on besoin d’argent ? Quels objectifs voulons-nous atteindre ?
  • Quel est le budget minimum nécessaire pour concrétiser notre projet ?
  • Est-il possible de diminuer ses besoins en argent ?

À éviter : amasser de l’argent et se demander ensuite ce qu’on va bien pouvoir en faire.

Découragé à l’idée de faire un budget ? Plonge-toi dans le cahier Les finances dans l’unité.

5. Imaginer

Identifie tout d’abord le domaine dans lequel l’action prendrait place.

Questions à se poser
  • Que se passe-t-il autour de nous ? Quels sont les besoins de notre environnement ?
  • Quels sont nos points forts, nos compétences ?
  • Qu’est-ce qui pourrait motiver mes scouts à s’y investir activement ?
  • Qu’avons nous déjà/jamais fait ?

Conseils

  • Ose l’originalité, sors des sentiers battus : plus ton action sera originale et plus elle remportera de succès auprès du public.
  • Ne reproduis pas ton action régulièrement (tondre la pelouse chaque semaine pendant un mois) : elle perdra sa valeur éducative et tes scouts se démotiveront très vite.
  • Ask the boy ! Tes scouts ont peut-être un tas d’activités originales à te proposer.

6. Est-ce que c'est scout ?

Cette étape doit intervenir avant de s’engager dans l’action lucrative. Elle permet de vérifier si l’activité rentre bien dans le cadre du scoutisme et de ses objectifs.

Questions à se poser
  •  Que feront tes scouts ? Seront-ils tous actifs ?
  •  Est-ce à la portée de tes scouts ? Possèdent-ils les compétences pour mener à bien l’action ?
  •  Quel est l’intérêt (autre que l’argent récolté) pour tes scouts de s’engager dans cette action ? Quelle en est la valeur ajoutée ? Qu’apprendront-ils ?
  •  Quel est l’intérêt pour les gens que vous sollicitez ? Votre action sera-t-elle intéressante, divertissante et/ou utile pour le public ?
  •  L’action nécessite-t-elle une petite formation ?
  •  L’action correspond-elle à vos disponibilités ? Ne prend-elle pas trop de temps au vu de votre planning ?

Conseil : veille à ce que tes scouts soient conscients des portées/conséquences de leur action.

7. Informer ton public

Dans un souci de transparence et d’honnêteté, les personnes qui donnent de l’argent (les parents, les voisins, etc.) en connaissent la destination.

  • "On gagne de l’argent pour acheter des tentes de patrouille."
  • "On gagne de l’argent pour acheter le matériel nécessaire à la restauration d’une plaine de jeux."
  • Etc.

8. Les parents ne sont pas des vaches à lait

La plupart du temps, on organise des actions lucratives afin d’éviter que les parents ne prennent en charge tous les frais engendrés par certaines activités. Mais si ces actions ciblent uniquement les parents, ils auront en fin de compte supporté toutes les dépenses des sections. Il s’agit donc de solliciter parfois un public autre que celui des parents.

9. Le sens de la gratuité

N’oublions pas pour autant qu’on peut rendre service à quelqu’un gratuitement, sans se faire payer autrement que par un sourire et un merci.

Sensibiliser tes scouts au sens de la gratuité, leur offrir l’occasion de découvrir l’importance de l’être par rapport à l’avoir apparaît comme un objectif d’autant plus primordial que notre mouvement fait partie des derniers lieux où l’argent ne gouverne pas.